Bisphénol A : les risques sont confirmés

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié le 9 avril dernier, les résultats de son enquête sur le bisphénol A. Au bout de trois ans de d’étude, l’ANSES confirme les dangers liés à cette substance chimique présente dans de nombreux objets du quotidien. « Le bisphénol A agit sur le système endocrinien, et joue un rôle dans les maladies chroniques comme le cancer, l’obésité et le diabète », souligne Yves Pietrasanta, président du parti Génération Ecologie. Il se retrouve dans la plupart des emballages alimentaires : boîtes de conserve, bouteilles d’eau, et cartons d’emballage, notamment. Cette substance permet de conserver les aliments, en empêchant l’air de s’infiltrer. Alertée par ces risques, l’Assemblée nationale a décidé d’interdire le bisphénol A du conditionnement alimentaire. Seul problème, la loi ne sera applicable qu’à partir de janvier 2014. « C’est quand même troublant. On sait que ce produit est dangereux, mais on va encore y être exposé pendant plus d’un an ! », se révolte Yves Pietrasanta. Un délai qui s’explique par des contraintes « industrielles ». « Il faudrait détruire toutes les boîtes de conserve, ça ne peut pas se faire du jour au lendemain » reconnaît-il. En attendant, il est recommandé aux femmes enceintes en particulier (l’étude montre un risque potentiel pour l’enfant à naître, ndlr) de privilégier les produits bios. A noter que la recherche travaille sur des matériaux bio-sourcés capables de remplacer le bisphénol A.

 

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.