Audi Toulouse : Un des plus grand terminaux de l’Hexagone

Vous l’avez certainement vu, depuis l’autoroute A61 en rentrant de Carcassonne au niveau d’Escalquens. Grandiose dans son emballage d’alu, gris aux couleurs de la marque. Mais au fait pourquoi employer le masculin pour parler d’une concession ? Parce que chez Audi, le concept s’appelle un terminal ; ce qui est très bien pensé pour la capitale de l’aéronautique. Il fait dire que Sterling Automobiles n’a pas fait dans la demi-mesure. Pour preuve, l’implantation de ce dix-huitième terminal en France a demandé, une surface de 30 000 m2 dédiée exclusivement à la marque Audi. Le hall d’exposition de 1200 m2, véritable chef d’œuvre architectural expose 26 véhicules sur les 38 qui composent la gamme. De l’A1 à la R8 Spyder, vous trouverez la voiture de vos rêves. Neuf vendeurs spécialistes en véhicule neuf et deux pour l’occasion vous attendent sourire aux lèvres. Le SAV n’est pas en reste. Vingt-cinq personnes travaillent à l’après vente dans un atelier de 2800 m2. Christian De Boussac, l’heureux propriétaire, a investi 6,5 millions d’Euros. Le contrat qui le lie à Audi correspond à quelque 1100 véhicules portant fièrement sur la calandre les quatre anneaux. Même le toit du terminal pense Audi. En devenant terrasse, il s’attribue ainsi le titre de parking à voitures neuves. Soixante-dix d’entre-elles, s’y abritent avant livraison.   

 Ce concept de terminal, Audi en disposera d’une quarantaine à l’horizon 2015. L’intérieur comme l’extérieur reprennent l’identité d’Audi. Tout ici porte le style, la qualité et la sportivité de l’image que procure la marque. Ainsi Sterling Automobiles monte après Paris et Lyon sur la troisième marche en termes de surface. Et cela avant même la livraison du show room Audi Occasions fier de ses 1500 m² d’exposition. Audi et Toulouse, une idylle ? Non plus encore car les Toulousains aiment la qualité, la technologie et la sportivité. La preuve : avec 2.6% de pénétration, Audi devance ses autres concurrents germaniques. Et si vous ne souhaitez pas acheter une Audi en ce moment, vous pouvez aussi la louer.

 

Qui est Christian De Boussac ?

Christian De Boussac est une figure emblématique de l’automobile toulousaine dans la métropole aéronautique de Midi-Pyrénées. Il a débuté sous la bannière de l’Union Jack avec Rover et Range Rover. Il passe sous celle des quatre anneaux d’Audi dès 1998. Installé à Labège, son coup de cœur envers la marque d’Ingolstadt s’étend en 2003 à Skoda et depuis plus d’un an à Volkswagen Utilitaires. Autrement dit au Groupe Volkswagen. Ainsi les anciens locaux d’Audi route de Labège deviendront en septembre la nouvelle concession Skoda. Et pour que la boucle soit bouclée, l’espace consacré à la marque tchèque passera aux véhicules utilitaires VW.

 

 

Trois questions de L’Echo des Soupapes 

 

Pourquoi s’installer aujourd’hui à Escalquens ?

 

Pour deux raisons. Premièrement le coût du terrain est moins élevé. Deuxièmement, nous avons profité de la conjoncture difficile dans le secteur du bâtiment pour avoir des tarifs les plus bas. Ce terminal Audi se situe dans un futur lieu incontournable de grand passage. Pour preuve : Décathlon ne s’est pas installée avant nous par hasard.

Que peut vous apporter un tel terminal ? Une évolution du chiffre d’affaires ?

 

Je ne le crois pas, ou peu, car nous arrivons à une certaine vitesse de croisière de la marque. Notre objectif est d’arriver rapidement à 1300 véhicules neufs par an, grâce à une réception premium à l’image de la marque sans oublier le confort de travail pour nos collaborateurs. Je fais partie de la génération où mon éthique professionnelle consiste à dire qu’une entreprise n’a de valeur que par les personnes qui la composent. Les produits, les moyens, les outils, on les trouve. Par contre la valeur ajoutée, la vraie valeur, c’est l’homme, l’être humain. Il n’y en a pas d’autre. Et notre service après-vente, est à cette image.

 

Vous avez toujours une idée originale comme par exemple avec ce toit-terrasse ?

 

Toutes nos voitures neuves sont sur le toit-terrasse, Soixante-dix voitures y sont stockées, protégées et propres. Ce qui donne la possibilité de dire au client : « Venez, on va voir votre véhicule ». La plus value du toit représente 250 000 €, le stockage chez le transporteur nous coûtait 70 000 €. Alors nous avons vite fait notre calcul.

 

Propos recueillis par JPR

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.