Appel au don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse, comme le don du sang, permet chaque année de sauver des vies, de redonner de l’espoir aux malades. Du 25 au 30 mars, la 8e semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse a pour ambition de recruter 18 000 nouveaux donneurs. L’objectif est de diversifier un maximum ces profils car la compatibilité entre un donneur et un malade est extrêmement faible. L’Agence de la biomédecine lance donc une nouvelle campagne d’information, en collaboration avec l’Etablissement français du sang, les centres hospitaliers, la société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire et les associations. En parallèle et pour la première fois, l’Agence engage aussi une opération de sensibilisation auprès des étudiants en médecine et pharmacie. A ce jour, 27 facultés de médecine (dont l’Université Paul Sabatier de Toulouse, facultés de médecine de Toulouse Purpan et de Toulouse Rangueil) ainsi que dix facultés de pharmacie participent à l’événement. Pour faire don de sa moelle osseuse il faut être en bonne santé, âgé de 18 ans minimum jusqu’à 50 ans, accepter de répondre à un entretien médical, faire une prise de sang.

Plus d’info : www.dondemoelleosseuse.fr

 

Semaine de la santé mentale

Du 18 au 24 mars se déroule la 24e semaine d’information sur la Santé Mentale. Le thème de cette édition est « ville et santé mentale », 250 villes de France participent à la semaine d’information et 620 événements sont organisés. L’objectif est de mieux informer le grand public sur les troubles psychiques, communiquer sur les dispositifs de prise en charge, l’accompagnement et de lutter contre la stigmatisation des personnes concernées. En 2012, la municipalité de Toulouse et le Centre Hospitalier Marchant ont pris l’engagement de créer un conseil local de la santé mentale. A cette occasion, plusieurs débats, projections, conférences, expositions et portes ouvertes dans les structures d’accueils sont organisés dans la ville rose.

Plus d’info : http://semaine-sante-mentale.fr/

 

Santé pour tous, mon œil ? La DMLA au quotidien, où en sont les patients ?

Dans notre édition du 28 février 2013, nous vous proposions une enquête sur le quotidien de personnes atteintes de Dégénération Maculaire Liée à l’âge. Suite à la suspension de 4 mois de leur ophtalmologiste, 500 patients, venant de toute la Région, suivis pour cette pathologie se retrouvaient sans praticien, au vu en partie de la rareté de spécialistes en la matière, notamment en secteur 1. Trois semaines après l’interruption des consultations du Docteur Gonzalez, nous avons fait un point auprès de membres du comité de soutien constitué par des patients. A ce jour, les courriers adressés au Président de la République, à la Ministre de la Santé, à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie et à l’Ordre des Médecins sont sans réponse, tout comme les démarches entamées la semaine dernière par le médiateur des Droits de l’Homme, rencontré par le comité. Certains patients ont été orientés vers le service ophtalmologie de Purpan, d’autres se dirigent eux-mêmes vers le secteur 2 (quoiqu’il leur en coûte) et d’autres encore commencent à paniquer… Toutes ces personnes sont en grande difficulté. Beaucoup regrettent la qualité de soin dispensée dans le cabinet où ils suivaient leur traitement, « pour une piqûre dans l’œil, il faut être en confiance » nous explique un témoin. La praticienne interdite d’exercer procédait à tous les examens ainsi qu’à l’injection, le cas échéant, le même jour dans son cabinet, n’occasionnant ainsi qu’un déplacement à ses patients. Aujourd’hui, ces derniers doivent solliciter au moins deux bons de transport, le premier pour aller effectuer les examens et le second pour l’injection. La question du coût peut se poser. Compte tenu du protocole de traitement de la DMLA, plus le temps passe et plus le nombre de patients à traiter va augmenter. Une affaire que nous continuerons à suivre ces prochaines semaines.

 

Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.