1er décembre: Journée Mondiale de lutte contre le Sida

30 000 personnes en France sont porteuses du virus du sida et l’ignorent. C’est sur cet axe que la coordination régionale de lutte anti VIH (COREVIH) Midi-Pyrénées Limousin a décidé de travailler pour cette édition 2012. Encourager au dépistage, briser le tabou de la demande de cet examen médical qui peut se faire en parallèle à un contrôle de routine ou directement auprès des laboratoires sans ordonnance. A Toulouse, la COREVIH a tissé un partenariat avec la Mairie et Tisséo, ainsi 38 panneaux municipaux et 545 supports dans les bus et le métro seront mobilisés pour la diffusion de l’affiche de cette nouvelle campagne de communication. Pour Monique Durrieu, adjointe au maire de Toulouse en charge de la santé «nous devons avoir comme objectif d’éradiquer cette maladie».

«Nous avons reculé sur la connaissance «grand public»» explique à son tour Jean-François Gaye-Palettes, Président du COREVIH Midi-Pyrénées Limousin. Appuyant sa remarque sur une étude statistique menée sur la population étudiante française début 2012, Jean-François Gaye-Palettes déplore que les «voies de transmission du virus sont aussi mal connues qu’à la fin des années 80, 24% des étudiants interrogés croient que le moustique transmet le virus.» 9% des dépistages se font dans les hôpitaux, «dans cette campagne, nous avons ciblé tous azimuts, au plus large possible» témoigne le docteur Daniel Garipuy, chef de service à l’Hôpital Joseph Ducuing. Une façon de rappeler à la population que la maladie est toujours là, que malgré tout, elle continue à avancer. A Toulouse, «les chiffres ne changent pas depuis cinq ans», poursuit-il Jean-François Gaye-Palettes, «trois quarts des cas suivis sont masculins dont 75% sont homosexuels, les gens sont surinformés mais malgré tout se contaminent» conclut le Président du COREVIH Midi-Pyrénées Limousin. Autre axe de travail : le dépistage auprès des femmes enceintes pour éviter la transmission de la mère à l’enfant. «Le risque pour une femme enceinte porteuse du virus de le transmettre à son enfant est de 20%, alors que si la mère est sous traitement ce risque diminue à 0.3%» explique Mathieu Morin, sage-femme chargé de recherche clinique. Le Lauréat des Étoiles de la Santé (voir notre édition du 4 octobre) a réalisé un dépliant d’information pour communiquer auprès des femmes enceintes dont le taux d’acceptation du dépistage reste faible, «la transmission peut se faire lors de la grossesse, à l’accouchement et aussi lors de l’allaitement, après la lecture du dépliant le taux de dépistage augmente» explique-t-il. Le support sera diffusé à Paule de Viguier le 1er décembre. Un stand d’information sera installé place François Mitterrand, sortie métro Jean Jaurès samedi 1er décembre.

Marie-Agnès Espa

Dépliant Dépistage anténatal du VIH 2012 Mathieu MORIN COREVIH



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.