14 février, journée de sensibilisation aux cardiopathies congénitales

Chaque année, en France, de 6 500 à 8 000 enfants naissent cardiaques ; des anomalies qui représentent un tiers des celles constatées à la naissance. Malgré leur statut de « maladie rare » les malformations cardiaques congénitales sont les cas les plus fréquents et représentent la première cause de mortalité infantile en France. Dans 85% des cas, l’origine de la malformation est inconnue. Organe essentiel et complexe, le cœur commence à battre dès la quatrième semaine après la fécondation. Les nouveaux nés cardiaques congénitaux entament leur existence par des séjours en hôpital, des interventions chirurgicales… S’ensuivent les difficultés liées à la maladie dans le quotidien pour l’enfant et ses parents. Trouver une crèche ou une nourrice qui accepte de s’occuper d’un enfant atteint de cardiopathie congénitale relève parfois du parcours du combattant. Arrive ensuite le moment d’intégrer l’école. L’enfant atteint peut être fatigué plus fréquemment que ces camarades et parfois cyanosé. Comment accepter le regard des autres et s’intégrer au mieux malgré la maladie ? Ce sont, en plus des contraintes liées à la maladie, des difficultés faces auxquelles les familles se sentent désarmées, isolées. Aujourd’hui, les progrès en chirurgie cardiaque permettent aux enfants touchés de cardiopathies congénitales de grandir, de pouvoir vivre comme tout le monde. Pour le monde médical comme pour les patients, il est capital de prendre en charge ces pathologies au plus tôt car à l’âge adulte, on veut vivre « comme tout le monde » et les réticences à entrer dans le difficile parcours d’une maladie cardiaque sont plus grandes.

Depuis 1963, l’Association Nationale des Cardiaques Congénitaux aide les patients et leurs familles dans leur parcours face à la maladie, au quotidien et travaille à mieux faire connaître les cardiopathies congénitales, un mal qui ne se voit pas, auprès du grand public.

Le 14 février est, depuis 1999, la Journée Internationale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales.

Plus d’informations et contact :

http://www.ancc.asso.fr/

 

Même en hiver, on aère !

Ce n’est pas parce qu’il fait froid dehors qu’il ne faut pas aérer sa maison ! Renouveler et assainir l’air de son domicile est d’autant plus important en hiver, période de prolifération virale par excellence. La saison nous invite à rester confinés, au chaud et pourtant…Diverses études ont prouvé que l’air intérieur était bien souvent plus pollué que l’air extérieur ! Aérer vous permettra en plus de limiter la prolifération des virus de saison, de lutter contre la pollution intérieure de votre domicile (benzène, hydrocarbures aromatiques, formaldéhyde, toluène, ammoniaques, les acariens…).

Pensez à ouvrir vos fenêtres une quinzaine de minutes par jour au minimum, les murs et sols étant chauds le réchauffement de l’air frais entrant, ne prendra que quelques minutes.

 

Rendez-vous santé

Rencontres France Alzheimer 31

14 février de 15h à 17h au Cotton Club, place de l’Hôtel de Ville à Colomiers

21 février de 14h30 à 16h30 à la Brasserie de la République, 2 place de la République à Muret

21 février de 14h30 à 17h à la Halte relais « Le repos » 5 rue des Gallois à Toulouse



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.